Information

 

 Journal SMF n°2  / septembre - octobre 2009

 

 

Sommaire :

1.  Retraite  "incitative"

2.  Caisse de pensions

3.  Commission "rémunération"

4.  Progression salariale

5.  Membres

6.  Grève – Quelle est la position du comité de la SMF ?

7.  Comité

 

Cher(e)s membres,

Comme nous vous l'avons annoncé dans le dernier numéro de la Fonction Publique, le journal est mort. Néanmoins, nous allons régulièrement vous informer sur tous les sujets de nos négociations avec le Conseil d'Etat (évolution salariale, conditions de travail ou encore la retraite).

 

1. Retraite "incitative"

Le projet de retraite anticipée à 58 ans a pris fin au 31 août 2009. Les associations professionnelles ont demandé la poursuite et la pérennité de ce projet qui a fait ses preuves. Les personnes qui ont fait ce choix se disent soulagées. Pour l'Etat, les finances ont été allégées à hauteur d'environ 11 millions de francs. Cette mesure aurait été quasiment reconductible d'année en année, tant la progression salariale est faible, voire bloquée.
Le nouveau projet proposé est pour nous loin de nos attentes, puisque à terme la perte de rente peut atteindre jusqu'à 35% à vie. Affaire à suivre !

2. Caisse de pensions

Comme vous l'avez lu dans la presse, la nouvelle caisse de pensions de la Fonction publique du canton de Neuchâtel (prévoyance.ne) a pris ses quartiers à la rue du Pont 23, à La Chaux-de-Fonds. Actuellement deux commissions travaillent pour la mise en place des règlements, de la structure, du plan de financement, des cotisations, etc.
Les séances se succèdent à un rythme important, mais nous veillons tout de même à garder le temps de la réflexion et examiner de près toute proposition. Dans le courant du mois d'octobre, chacun recevra une information comparative chiffrée, entre la situation régie par la loi actuelle et celle qui entrera en vigueur au 1er janvier 2010.

3. Commission "rémunération"

Cette commission a pour but de faire une analyse approfondie de ce qu'a apporté le nouveau système salarial avec la mise en place des 38 échelons, des économies réalisées et de la réduction éventuelle de ce nombre d'échelons. En effet, au vu des blocages actuels, à quelques rares exceptions il ne sera jamais possible d'atteindre le maximum du salaire d'une fonction. Dès lors, toute comparaison salariale inter- cantonale ou avec le privé s'avère impossible.
Le rapport final est établi. Il doit être discuté en commission plénière, puis présenté au Grand Conseil.

4. Progression salariale

Au vu des comptes intermédiaires 2009, qui laissent supposer pour l'instant un déficit prévisible d'environ 70 millions, le Conseil d'Etat a pris la décision de :


•    bloquer tous les salaires au 1er janvier 2010. C'est-à-dire que la retenue de l'indexation de 1,31% continuera d'être ponctionnée, qu'en cas d'inflation il ne sera accordé aucune indexation, et qu'aucun échelon ne sera octroyé.

En 1999, le Conseil d'Etat a mis en place un nouveau système salarial qui se voulait motivant. Or, malgré la loi votée, les mécanismes normaux de la progression salariale n'ont été appliqués qu'à deux reprises en plus de 10 ans.

Pour un jeune, avec famille, cela devient difficile de faire un plan de carrière si chaque année "rebelote", notre employeur met en place un frein à toute progression salariale. Cela se traduit par une perte cumulée du pouvoir d'achat à chaque fois que la loi n'est pas appliquée.

Ces trois dernières années, les comptes ont bouclé avec un bénéfice. Les sacrifices salariaux consentis dépassent les 60 millions cumulés d'année en année. Et maintenant que la situation est difficile, notre employeur a pris la décision de bloquer immédiatement toute progression salariale.

La SMF a demandé au Conseil d'Etat d'appliquer les mécanismes normaux de la progression salariale durant les années 2010 et 2011, et de prendre des mesures en 2012 si, d'ici là, la situation ne s'est pas rétablie.
Mais malheureusement nous n'avons pas été entendus.

•    reporter le payement de la prime de fidélité

•    poursuivre la retenue de 1,31% d'indexation qui devait être versée en 2009 déjà.

Probablement que les personnes engagées dans le cadre de la CCT21 seront aussi touchées par la diminution des subventions.

Nous vous tiendrons au courant de l'évolution des négociations. 

Il est vrai qu'avec le faible taux de syndicalisation, le Conseil d'Etat part de l'idée que tout le monde est content de son sort.



5. Membres

Le Conseil d'Etat refuse toujours de nous communiquer la liste des collaborateurs. De ce fait, nous ne pouvons contacter les collaborateurs non-membres de la SMF.
Nous n'arrivons pas à compenser les départs et les décès. Seuls les membres actifs comptent pour la répartition des sièges. plus spécialement au Conseil d'administration de la nouvelle caisse de pensions (2 sièges au lieu de 4 dans l'ancienne caisse)

Dès lors, une fois encore nous vous prions d'afficher cette information et d'inviter vos collègues à rejoindre les rangs de la SMF (Société des Magistrats, Fonctionnaires et employés de l'Etat de Neuchâtel).

Merci de votre aide.

 

6. Grève - quelle est la position de la SMF ?

Le Conseil d'Etat est resté sur sa position, soit le gel des salaires en 2010. Le salaire net au 1er janvier 2010 devrait correspondre au salaire au 31 décembre 2009. 

En outre,


•    La prime de fidélité est reportée (on ne sait pas pour combien d'années),


•    Les conditions de travail ne sont pas touchées,


•    En cas de remplacement d'un collaborateur, pas de délai de carence si transfert interne ou engagement d'un chômeur.

Pourtant, ces dernières années plus de 50 millions ont été économisés sur la masse salariale et notre employeur a aussi pu engranger environ 11 millions par le biais de la retraite anticipée.

Il y a 10 ans, le Conseil d'Etat a fait le forcing pour mettre en place un système de rémunération motivant, disait-il..!

En 10 ans, seul à deux reprises notre employeur a appliqué les mécanismes normaux de cette progression salariale, progression rappelons-le, qui est la plus lente de tous les cantons.

La SMF a demandé au Conseil d'Etat d'appliquer en 2010 et 2011 les mécanismes normaux de progression salariale et de prendre d'éventuelles mesures en 2012 si la situation devait perdurer.

En effet, lorsque cela va bien, on nous dit qu'il faut faire des réserves et quand cela va mal, on applique immédiatement des mesures de rétorsion envers toute la fonction publique.

Nous avons aussi expliqué au Conseil d'Etat que, les 13 millions nécessaires à la progression normale des salaires de toute la fonction publique :

•    Pour un tiers retourne directement dans les caisses par le biais de l'impôt,

•    Un tiers par la consommation et l'impôt payé par les commerçant et la TVA.

Ces arguments n'ont pas été de nature à modifier la position du Conseil d'Etat, sous prétexte qu'on ne touche pas au frein à l'endettement.

Dès lors, faut-il faire grève ?

Par le passé, les gens ne se sont pas déplacés dans la rue, malgré des mesures encore plus drastiques. Le Conseil d'Etat remarque aussi ce désintérêt de nos membres, notamment lors des assemblées générales très peu suivies, 10 à 20 membres actifs !

Votre comité a donc pris la décision de ne pas descendre dans la rue, à moins que les membres le demandent expressément. En effet, s'il faut faire grève, il faut que tout le monde joue le jeu.

La population comprendrait aussi certainement mal cette grève, alors que le nombre de chômeurs ne cesse d'augmenter fortement.

Nous attendons donc la réaction de nos membres. Si un intérêt est manifesté, le comité fixera une assemblée générale à qui il appartient de prendre la décision finale. Nous vous rappelons aussi que notre comité doit être étoffé.

7. Comité

En suivant ce lien vous avez accès à nos coordonnées.

Vous pouvez vous inscrire à la SMF en ligne ici.

Meilleures salutations à toutes et à tous.

Le Comité SMF

14.09.2009